Faisons Connaissance

Nous sommes toujours ravis de découvrir de nouvelles personnes et leurs projets.
N'hésitez pas à nous écrire.

contact@lapagecreme.com

France(s) Teritoire Liquide

SITE INTERNET, WEBDESIGN

Le site FTL a été conçu autour de contraintes induites par la présence des 43 photographes qui y sont répertoriés. En effet, chaque photographe proposant un travail totalement indépendant, les univers qu’ils nous proposent, les techniques utilisées, et tout simplement les formats des clichés, imposaient de mettre en place un site harmonisant l’ensemble afin de n’altérer aucun projet.

Grâce à divers outils mis à disposition, la mission « France(s) territoire liquide » peut communiquer davantage au travers d’un espace pro permettant la consultation de sa revue de presse ainsi que le téléchargement de son dossier de presse. Désormais, il est également possible de consulter l’agenda afin de se tenir informé des différents événements organisés en lien avec la mission, sans oublier la chaine FTL répertoriant les portraits des photographes sous forme de courts métrages.

À Propos

 

« Quarante-trois photographes, jeunes pour la plupart, se sont autosaisis d’une mission inscrite dans une forte tradition (de la Mission héliographique en 1851 à celle de la DATAR au début des années 1980, en passant par la grande opération menée aux États-Unis par la Farm Security Administration entre 1935 et 1942), celle de dire un pays sans le figer. Les frontières deviennent incertaines, les catégories s’abolissent, la photographie rejoint la littérature dans sa capacité à décloisonner le temps et l’espace. Métaphoriser le territoire par la liquidité, c’est affirmer la possibilité de secouer les perceptions qui ont cours. Nulle commande ici, aucune administration à l’initiative de quoi que ce soit. Pour les photographes, indépendants et cooptés, il y avait simplement le désir d’appréhender les réalités contemporaines de leur pays, de percevoir ses élans, ses lignes de fracture, ses mélanges, ses espaces naturels ou urbains, ses recoins, ses sommets, ses relais, ses évolutions, ses subtilités, ses complexités, ses habitudes, ses modes d’habitation, ses virtualités... »

- Bernard Comment